Atelier TçPç

JUNIORS CREATEURS

Contact

Téléphone: 
06 82 88 98 2
Téléphone portable: 
06 88 71 63 93
Email de contact: 
Responsable: 
Helena Le Gal & Marie Bretaud

Présentation de l'action / projet à mener avec le ou les enseignants :

L’affect des lieux

Le territoire vécu comme témoin de cohésion sociale

De l’individu au lieu et des lieux à la société

Se sentir concerné c’est se sentir ancré. Ancré dans une société, ancré sur un territoire. Le travail sur les lieux du quotidien, ceux que l’on fréquente tous les jours, permet de mettre en évidence cet ancrage. Ce sont peut être des lieux que l’on ne regarde plus, ou des lieux que l’on apprécie sans savoir pourquoi. Ce sont surtout des endroits où l’on vit, où l’on agit, où l’on se rencontre. Espaces intimes, espaces du groupe ou espaces publics, le territoire, représenté à travers les notions d’affect, raconte notre vivre ensemble.
La cartographie sensible

Nous proposons ici de réaliser une cartographie de la constellation des lieux d’affect de chaque élève. Ces lieux inspireront des thèmes relatifs au développement durable (ex : la forêt>la biodiversité, chez mamie > la cohésion sociale, le marché > la consommation,…). Ils donneront lieu à la création d’une cartographie sensible*1 collective qui répertoriera ces lieux ainsi que leur(s) valeurs(s) durable(s). Ce travail à partir de lieux personnels permet de prendre conscience qu’au quotidien, nos lieux de vie supportent des questions de sociétés et de développement durable. Que nous y avons tous notre place, que nous pouvons y agir et en être les gardiens.

1 La cartographie sensible s’affranchi des données concrètes de l’espace pour raconter une expérience humaine, une émotion (on peut rallonger / raccourcir les distances en fonction des impressions, exagérer des caractéristiques frappantes, effacer ce qui ne nous a pas  marqué, mêler du dessin, du texte,…). On parle d’espace vécu.

Outils pédagogiques
Cette création permet de travailler plusieurs matières en transversalité :

La géographie à travers la carte sensible.
L’écriture, savoir raconter un lieu, travailler le vocabulaire du ressenti, de l’émotion.
Les arts plastiques, représenter un endroit par un dessin simple qui raconte ce qu’on y ressent personnellement.
L’oral, via le débat, l’écoute, l’expression autour de la notion de développement durable. Ce qui est durable dans ces lieux, ce qui pourrait être amélioré…
Des disciplines dont les artistes et l’instituteur-trice pourraient se saisir de manière concertée.


Mise en forme
La cartographie serait dessinée à grande échelle par les élèves. Elle peut être réalisée sur une bâche puis être exposée dans l’école. Elle peut aussi être réalisée directement sur un mur de l’établissement, comme une fresque, et pourrait servir, au sortir du projet, de support d’échange entre élèves, enseignants, avec les familles, … La création de cette carte à grande échelle nécessitera l’achat de peinture capable de tenir en extérieur (couleurs primaires + noir et blanc).
Le nettoyage préalable du mur d’intervention, ou l’achat d’une grande toile bâchée blanche (3x4m). Les phases de recherches pourrons s’effectuer avec du matériel d’arts plastiques courant (crayons de couleurs, gouache, pinceaux, stylos, papier, ciseaux,…). Un scanner pourrait être utile.
Enjeux
Ce projet tend à se nourrir avec la collaboration de l’instituteur-trice et de ses élèves et pourra évoluer en fonction des besoins, des intérêts, des contraintes. Il concernerait, a priori, une classe de CM1 ou CM2. Des plus petits pourraient participer à la réalisation de la fresque.
Il tente d’aborder, par l’expérience, la transversalité et la transdisciplinarité qu’implique le développement durable ainsi que son importance dans le quotidien. C’est une expérience qui se veut ancrée et partagée. Un travail individuel sur l’expression de son affect, des temps de débat en groupe et une réalisation collective qui implique une cohésion et un engagement physique sur son lieu de scolarité.
Référence de carte sensible par Mathias Poisson
Référence carte sensible par Owen Davey

Lien du projet avec parcours JDD : (plusieurs choix possibles)

Cohésion sociale et solidarité

Contraintes : (nombre de classes, niveau des élèves, matériel nécessaire…) :
Une classe de CM1 ou CM2. Participation possible pour des plus petits sur la fin du projet. Matériel d’arts plastiques classique + peinture pour extérieur & pinceaux très fins à très gros (réalisation d’une fresque)

ceci est un site de Bordeaux Métropole